Traversée de l'Islande à skis en hiver
.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Rubriques


Sites favoris

Mon FORUM sur l'ISLANDE
Trek du Laugavegur en 2007
Trek ISLANDE 2010
Trek Laugavegurinn ISLANDE 2009
Traversée de l'Islande à skis avec pulka
Le plateau de l'Aubrac
Traversée de l'Islande à skis -mars 2014-

Ascension du Tungnafjall

Les chauffeurs des 4X4 repartent en nous souhaitant un bon voyage : "Godà ferd !" avec dans le regard un peu d'admiration mais aussi d'incrompréhension, ne voyant pas bien l'intérêt d'aller se faire chahuter  dix jours durant sur les hauts plateaux de leur pays. Cette recherche de solitude qui nous tenaille les dépasse, car l'Islande est un pays de travail et de solitude mais ici on est solitaire par obligation. Quoi de mieux à faire qu'utiliser le travail comme une fuite aux éléments (les islandais cumulent souvent jusqu'à deux ou trois boulots), notamment l'hiver quand le soleil ne se lève presque pas et que le jour se limite à quelques petites heures de clarté ? C'est sûrement le climat aussi qui a rendu les habitants de cette terre hostile férus de lecture, la lecture des sagas en particulier. Ils sont aussi passionnés de généalogie, et comme tout est écrit dans les sagas qui retracent l'histoire de leur pays, il est beaucoup plus aisé que chez nous de retrouver ses ancêtres. A ce propos notre guide Rob nous a dit un soir à la lueur de la chandelle d'un refuge, qu'il avait réussi à remonter jusqu'en l'an 800 environ. Un tel résultat aurait nécessité chez nous de retourner complètement les archives d'état-civil de la mairie, et de se mettre tout le conseil à dos...

Les 4X4 s'éloignent, ça y est maintenant nous sommes vraiment seuls...

Côté motivation je suis à bloc, j'attends ce moment depuis si longtemps, me voilà face à mon rêve, je me sens comme la flèche sur un arc tendu. Notre guide ouvre la voie je lui colle à la pulka, suivi par les sept autres membres. Ca grimpe sur les flancs du Tungnafjall, la pente est forte mais grâce aux peaux de phoque sous nos skis nous progressons sans avoir à déchausser. La montée est presque trop facile, il faut dire que Rob sait comment attaquer la montagne. Souvent je me retourne est admire le bas de la vallée enneigée, c'est vraiment superbe. Mes craintes et mes doutes du début sur mes capacités sont vite noyés dans l'effervescence et le panorama.


Publié à 14:00, le 1/12/2019,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien