Traversée de l'Islande à skis en hiver
.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques


Sites favoris

Mon FORUM sur l'ISLANDE
Trek du Laugavegur en 2007
Trek ISLANDE 2010
Trek Laugavegurinn ISLANDE 2009
Traversée de l'Islande à skis avec pulka
Le plateau de l'Aubrac
Traversée de l'Islande à skis -mars 2014-

Motoneiges à Laugafell

Au petit matin nous nous réveillons doucement avec les rayons du soleil, la journée va être ensoleillée, c'est super cela va nous changer d'hier où nous avons évolué dans la tempête. La météo en Islande est vraiment spéciale, du jour au lendemain on peut passer d'un extrême à l'autre.

Il est 6 heures tout le monde dort à point fermé, notre ami polonais Kuba ronfle bruyamment au milieu du dortoir, en travers sur 2 matelas. Il faut que je retourne tester ces toilettes à l'eau chaude... Je m'habille le plus silencieusement possible, me chausse de mes grosses bottes de neige et je sors. Il a dû geler cette nuit car la neige est dure comme de la pierre et crisse sous mes pas, j'ai l'impression de marcher sur des gaufrettes. La source chaude fume en silence et surprise : une douzaine de motos neige sont arrivées durant la nuit.

De retour dans le refuge je constate que tout le monde est debout, certains sont toujours à l'étage en train de faire leur sac alors que Rob s'attaque à la préparation du petit déjeuner. Certains n'ont pas l'air d'avoir passé une aussi bonne nuit que moi, ils ressemblent à l'abbé Pierre après dix ans de crack.

Comme tous les matins nous prenons du muesli ainsi que du pain tartiné avec ce qui ressemble à du pâté islandais, des fruits secs ainsi que des tranches de... mouton fumé je crois. Notre amie russe Helina beurre les tartines de pain qui serviront aux sandwichs de midi tandis que notre amie islandaise Ute s'applique à couper un saumon en tranches régulières qui viendront les garnir.

Je commence à sentir la chèvre. D'ailleurs notre guide vénéré me traite de "goat", ce qui représente un affront considérable à mon amour propre. Une douche serait la bienvenue, mais nous démarrons seulement notre troisième journée et il en reste sept, donc il va falloir faire preuve de patience.

Une fois le repas avalé, les sacs bouclés et les pulkas harnachées nous partons sous un soleil radieux et un froid vif, les conditions idéales.


Publié à 13:40, le 1/01/2019,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien