Traversée de l'Islande à skis en hiver
.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Septembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Rubriques


Sites favoris

Mon FORUM sur l'ISLANDE
Trek du Laugavegur en 2007
Trek ISLANDE 2010
Trek Laugavegurinn ISLANDE 2009
Traversée de l'Islande à skis avec pulka
Le plateau de l'Aubrac
Traversée de l'Islande à skis -mars 2014-

Notre guide ouvre la voie

Pendant deux ou trois kms nous longeons une rivière tantôt couverte par une épaisse couche de neige, tantôt coulant à ciel ouvert.

A un moment, Rob qui jusqu'ici skiait loin devant s'arrête et nous montre quelque chose dans la neige en tendant un de ses bâtons. Nous le rejoignons, il s'agit de la trace d'un renard arctique. Je suis surpris, je ne pensais que nous n'en trouvions que dans le Hornstrandir. Il nous dit qu'on en trouve partout.

L'immense plateau enneigé se charge de remettre l'humain à sa minuscule place, ici dame nature vous tolère, au mieux. Nous progressons bien aujourd'hui et nous nous retrouvons vite face à une grande plaine qui semble infiniment large, infiniment plate.

Rob file en tête, pour voir si tout le monde suit il se retourne régulièrement en arborant un grand sourire, il a beau connaître le coin par coeur pour y être déjà passé plusieurs fois, il semble prendre son pied. Cependant il nous impose un rythme assez soutenu, arguant qu'aujourd'hui la météo est enchanteresse et qu'il faut parcourir un maximum de distance, car on ne sait jamais le temps qu'il fera demain. Les prévisions météorologiques sont difficiles à effectuer en Islande car le temps y est très instable, une journée de grand beau comme aujourd'hui peut se changer en journée de tempête le lendemain d'un coup d'un seul et sans signe annonciateur. On peut même dans le pire des cas subir les quatre saisons en une seule journée, avec du soleil le matin et de la neige et du vent fort l'après-midi.

En résumé le décor est ici d'une beauté incroyable mais il ne faut jamais oublier que nous ne sommes que des spectateurs, de simples spectateurs. On se sent comme en sursis dans le désert avec par endroits des congères de neige qui tentent d'avaler le lieu.


Publié à 11:46, le 1/10/2018,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien