Traversée de l'Islande à skis en hiver
.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques


Sites favoris

Mon FORUM sur l'ISLANDE
Trek du Laugavegur en 2007
Trek ISLANDE 2010
Trek Laugavegurinn ISLANDE 2009
Traversée de l'Islande à skis avec pulka
Le plateau de l'Aubrac
Traversée de l'Islande à skis -mars 2014-

Arrivée au Refuge de Nyiadalur

Nous avons parcouru une quinzaine de kms avec un vent de face à environ 12 m/seconde accompagné de bruine. Une partie du groupe est à la traîne et arrive quelques minutes après nous, mais ils ne nous ont jamais perdu de vue car l'accès au refuge nécessite d'effectuer une grande boucle où personne ne se perd de vue, ils sont tous proches sur l'autre rive de la rivière en fait.

La grande inconnue de cette étape était l'état de la rivière juste avant le refuge : serait-elle ouverte ou gelée. L'idée de traverser à gué une rivière gelée large de 25 ou 30 mètres n'enchantait personne dans le groupe. Surtout sous ces conditions météo. Finalement elle était en partie gelée nous obligeant à faire une grande boucle par l'ouest. Nous avions tous à porté de main, dans une poche de pantalon ou sur le haut de la pulka un bout de serviette éponge pour s'essuyer les pieds au cas où.

L'ouverture de la porte du refuge n'a été possible qu'au terme de beaucoup d'efforts, sans piolet nous n'aurions jamais pu entrer, la porte étant prise dans la glace. Les pelles nous ont également été d'un grand secours pour accéder à la petite cabane des toilettes : nous avons dû creuser une tranchée d'une vingtaine de mètres de long pour y faciliter l'accès.

Il ne fait pas chaud dans le refuge c'est le moins que l'on puisse dire, de la fumée sort de notre bouche quand nous parlons, aussi tout  le monde a gardé sa veste polaire ou sa doudoune le temps que le poêle réchauffe l'intérieur. Les matelas sont imprégnés d'une odeur tenace de sueur, c'est bien le signe que cet endroit se mérite, il faut en suer pour arriver ici.

Alors que nous prenons tous un café à l'intérieur j'aperçois notre ami russe Maxim qui patauge dans une flaque d'eau devant la fenêtre de la cuisine. Tout le monde est transit de froid mais pour lui le thermostat est idéalement réglé, c'est un environnement normal, il se plaît, s'amuse.


Publié à 16:25, le 1/12/2017,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien