Traversée de l'Islande à skis en hiver
.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Septembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Rubriques


Sites favoris

Mon FORUM sur l'ISLANDE
Trek du Laugavegur en 2007
Trek ISLANDE 2010
Trek Laugavegurinn ISLANDE 2009
Traversée de l'Islande à skis avec pulka
Le plateau de l'Aubrac
Traversée de l'Islande à skis -mars 2014-

A la lueur de la chandelle à Nyiadalur

Encore une autre journée passée dans le refuge à attendre que la tempête se calme donc. Encore une journée passée à jouer au Dogonyokil avec des fruits secs en guise de pions et le dé made in Russia par Maxim. Au passage ce fameux dé n'est pas un cube parfait et nous avons constaté qu'il sortait souvent le 4. Un nouveau passage à la râpe à fromage lui serait certainement salutaire, mais nous préférons garder nos forces.

A force de me cramponner à mes bâtons de skis je commence à avoir une de ces poignes !

Nous passons la journée à tourner en rond à multiplier les allers-retours entre la cuisine et nos couchettes. Je tente de téléphoner en France, depuis la pièce de l'étage pour essayer d'avoir un peu plus de réseau, et à ma grande surprise j'obtiens la communication. Une bise à ma dulcinée depuis le centre de l'Islande, un coucou aux enfants et un mot pour les rassurer sur la situation. La communication est brève car je dois économiser ma batterie. Ce bref échange m'a redonné la pêche.

Mais quelle heure est-il au fait ? Avec cette activité soutenue et ce grand isolement j'ai tendance à perdre mes repères, je ne sais jamais quand nous sommes. Il n'est que 17h00. Nous engrangeons des calories en nous tartinant des tranches de pain avec les produits locaux que Rob a emporté. A force de nous confronter au froid notre appétit change, le besoin de manger gras augmente. En réalité à l'exception du repas du soir qui est assez copieux, le reste de la journée s'apparente plus à des pauses grignotage qui se multiplient. Le repas de midi ne se limite qu'à deux petits sandwichs car la pause déjeuner s'effectue le plus souvent en plein vent et dans le froid dans le meilleur des cas et cela ne facilite pas la préparation d'un repas plus cuisiné sur place. Parfois nous avalons notre déjeuner de midi sous la bruine, la neige et même sous la grêle une fois.

Je passe une partie de l'après-midi à relire le guestbook. J'y vois qu'un certain Pierre C. est passé par là la semaine dernière, tout seul à skis et pulka et se sentait un peu effrayé à l'idée de devoir monter sa tente dehors derrière le refuge sous ce vent terrible. Il fut rassuré de voir que le refuge était ouvert. Salut à toi Pierre C. !

Durant l'après midi histoire de passer le temps je passe deux heures à lire un livre en français sur les oiseaux d'Islande. J'en profite pour poser quelques questions à notre amie islandaise Ute qui est ornithologue en Islande.

Vers 20h00 nous passons à table. Rob nous a préparé un risotto qui n'a du risotto que le nom. Mais il est excellent. Puis à la fin du dîner il monte s'isoler à l'étage pour obtenir notre météo personnalisée pour demain. C'est un service qui doit coûter très cher je pense. Il redescend avec de bonnes nouvelles : demain le vent devrait tomber à 13 ou 15 mètres par seconde, par contre il est prévu qu'il neige. Ceci dit le temps est si instable en Islande qu'il devient aléatoire de faire des prédictions au-delà de quelques heures.


Publié à 19:41, le 1/04/2017,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien