Traversée de l'Islande à skis en hiver
.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques


Sites favoris

Mon FORUM sur l'ISLANDE
Trek du Laugavegur en 2007
Trek ISLANDE 2010
Trek Laugavegurinn ISLANDE 2009
Traversée de l'Islande à skis avec pulka
Le plateau de l'Aubrac
Traversée de l'Islande à skis -mars 2014-

Pente verglacée

Premier réflex au réveil : jeter un oeil dehors pour voir le temps qu'il fait. Ce matin c'est encore un jour blanc, nous sommes pris dans un brouillard épais et mouillé. L'humidité ambiante augmente considérablement la sensation de froid, il devient difficile de renfiler nos vêtements moites. Je suis comme souvent le premier levé, car tous ces décilitres de boissons chaudes et de soupe du soir sont une épreuve pour la vessie. Et il est de toute façon préférable d'être le premier à utiliser les toilettes, quand elles sont encore vierges de toute utilisation...

Le campement semble complètement éteint, seuls quelques ronflements se font entendre dans ma tente.

Subir des températures qui tournent autour de zéro de l'aube au crépuscule n'est pas facile. Mais j'ai l'impression que nous nous habituons à cela. Quand je pense à Rob qui a déjà fait cette traversée trois fois en hiver, et que le mois prochain il part traverser la calotte glaciaire du Groenland... Y'a des malades ! C'est là que l'on s'aperçoit que la tête commande beaucoup de choses, le corps notamment. L'Islande est un pays d'islandais et de neige. L'islandais est froid de prime abord, la neige est glacée et le reste. Ce pays perdu dans l'Atlantique Nord est donc à éviter pour celui qui souhaite profiter des joies du camping.

Très vite nous arrivons en surplomb d'une vaste plaine que nous contemplons du haut d'un promontoire. Il va falloir descendre et cela risque d'être folklorique car l'inclinaison est forte sur une cinquantaine de mètres. Les premiers qui descendent en chasse-neige tombent rapidement et la pulka chargée les tire vers le bas. Chacun se voit obligé de laisser filer sa pulka en ouvrant les mousquetons. Aussitôt libérées elles prennent la direction du bas de la pente à une vitesse folle (peut-être à 80 km/h !), et finissent par disparaître dans le brouillard, pourvu que nous ne les perdions pas ! Nous irons les rechercher 500 mètres plus loin, cet incident nous fera perdre une demi-heure le temps de récupérer tout le matériel.


Publié à 20:17, le 1/11/2016,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien