Traversée de l'Islande à skis en hiver
.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques


Sites favoris

Mon FORUM sur l'ISLANDE
Trek du Laugavegur en 2007
Trek ISLANDE 2010
Trek Laugavegurinn ISLANDE 2009
Traversée de l'Islande à skis avec pulka
Le plateau de l'Aubrac
Traversée de l'Islande à skis -mars 2014-

Refuge de Bergland pris sous les congères

Il me tarde d'arriver, le vent qui ne faiblit pas et siffle contre ma capuche m'épuise. Il serait presque intéressant d'essayer de skier avec des boules Quiès. Il n'est pas loin de 17h30 et la lumière faiblit, donnant au décor une ambiance bleutée et inquiétante. Plusieurs fois nous croyons apercevoir le refuge au loin derrière une butte mais à chaque fois il ne s'agit que de gros rochers.

L'endroit est contrasté, peu accessible en hiver, austère et charismatique à la fois. C'est un de ces lieux qui se méritent. La fatigue aidant certains sont à la traîne, mais Rob n'entend pas ralentir la cadence, il continue seul devant, il n'y a pas de place pour les retardataires.

Puis finalement après une dernière  montée le refuge apparaît dans le soir tout seul au milieu du vent et d'une vaste étendue blanche, un vrai décors de carte postale.

Il est 17h50 quand Rob pousse la porte du refuge après avoir cassé la glace qui encadrait la porte à coups de piolet. Il a également fallu donner quelques coups de pelle pour enlever la neige qui bouchait l'entrée.

Nous entassons les pulkas dans le sas du refuge qui, faut-il le préciser, est très petit. Il dispose de 6 couchettes et nous sommes neuf, nous serons donc deux par lit. Certes les matelas font environ 140 cm de large mais cela manque quand même un peu de confort. Sitôt arrivé la première tâche à laquelle s'attaque Rob est de "faire de l'eau", pour cela il sort avec une pelle à neige et un gros bac en aluminium qu'il remplit à ras bord de neige. Il pose le bac sur la cuisinière qu'il se hâte d'allumer. A  neuf dans un espace si étroit la température monte assez vite. Quand nous sommes arrivés un thermomètre cloué au mur affichait 10°C et une demi heure après le mercure était déjà monté jusqu'à 17°C. Notre ami polonais Kuba demande au guide si un randonneur arrivait maintenant on le laisserait dormir dehors dans sa tente ? Question à laquelle Rob répond par la négative : non nous avons beau être déjà serrés, on ne laisse jamais personne dormir dehors dans un coin pareil.


Publié à 20:00, le 1/10/2019,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien